Les compétences du community manager ne se cantonnent pas à la rédaction d'articles !

 

 

 

Dans le cadre d’une activité en ligne, que le porteur du projet soit une grande société ou un simple entrepreneur, il existe des points communs qui motivent l’externalisation de certains métiers. L’hébergement du site domine largement le pourcentage représentant ce besoin de ressource externe, suivi de la logistique d’expédition (pour un site marchand) et du développement du site. S’agissant du Community Management, seulement 8 % des entreprises font appel à un prestataire externe pour le gérer. Les 92 % restant proposent un CDI au professionnel des réseaux sociaux et autres medias. Si le Community Manager n’était qu’un rédacteur, ou si un rédacteur suffisait, Trump n'aurait jamais lâché les medias traditionnels 1 mois avant son élection... pour les tâches inhérentes à la fonction, ces pourcentages seraient très différents, et il n’y aurait pas tant d’embauches. C’est qu’elles représentent un coût pour une société ; vous pouvez donc commencer à comprendre que ses compétences sont stratégiques.

 

Résumé des compétences du community manager

Le community manager est une personne se chargeant parfois (voire très souvent…) des campagnes d’animations commerciales. Ses compétences sont très spécifiques, il faut vraiment être passionné pour mener une telle mission car tout n’est pas simple ! Voici en 2 lignes ce qu’il faut savoir faire et qui constituent le métier le cœur du métier :

  1. Traiter et analyser des données
  2. Proposer des solutions pragmatiques et efficaces

 

Le community manager est plus un marketer qu’un rédacteur

Pourquoi ce rappel, alors que tout le monde connaît en gros ce qu’est un spécialiste des réseaux sociaux ? En fait non, justement pas tout le monde. Pour beaucoup, il s’agit principalement de trouver un rédacteur qui publiera sa littérature sur Facebook par exemple, ou sur le blog du site de l’entreprise. Même les rédacteurs pensent qu’ils peuvent officier en la matière juste avec leur plume, d'autant plus ils sont moins chers qu’un community manager : donc l’argument a un écho favorable. Mais c’est un chant de sirènes, les objectifs d'une entreprise ne peuvent pas être atteints juste de la sorte.

 

Le community manager est un marketeur d'influence

Si la rédaction de contenus écrits est l’une des trames, il faut aussi avoir des appétences pour les réseaux sociaux où le travail doit être effectué, connaître l’infographie, maîtriser le référencement Google, et savoir gérer un site Internet. En fait, il faut être un marketer d’influence ! Ce n’est pas un hasard si TRUMP a été élu Président des USA : à 1 mois des élections, il a abandonné tous les Medias traditionnels pour n’être que sur les réseaux sociaux et sur une chaîne web personnelle.

 

TRUMP a parié sur un public dispersé, et a joué avec le live et le replay qu’offre les communautés sociales. En faisant son community management, ses équipes ont fait de son image un personnage proche et spontané. Votre activité, quelle qu’elle soit, a besoin de la même chose (a adapter bien entendu, mais en termes de management c'est cela).

 

L’importance du storytelling et de connaître son réseau social

Un bon expert en référencement sait que Google aime particulièrement les contenus orientés storytelling, et c’est aussi ce que permettent les réseaux sociaux. Ce contenu est la stratégie des années à venir, il faudra passer par là ou prendre la porte. En fait, vous devez raconter une histoire qui corresponde à votre audience, sans tricher bien sûr. Cela demande de savoir s’adapter aux différents supports : ce que vous publier sur votre site ne doit pas être relayé de la même façon sur les réseaux sociaux (un article du blog peut parfois être relayé sur un réseau social, mais pas systématiquement !).

 

S’adapter au support est essentiel, sachant qu’un réseau social est différent d’un autre. Par exemple, Snapchat a son propre fonctionnement auquel il faut coller. Plus que jamais il faut être dans l’éphémère, ce qui ne veut pas dire court, ça c’est pour Twitter. Du coup il faut être davantage « graphique », alors que sur Twitter surtout pas. Sur Facebook, il faut être créatif par contre.

 

Mais faut-il être présent sur tous les réseaux sociaux ? Non, il faut savoir parfois être absent. De même avec l’actualité de votre secteur, il ne faut pas rebondir systématiquement, c’est le community manager qui fixe les rendez-vous avec votre audience.

 

 

Savoir créer de l’événement

Le community manager est là pour créer de l’événement, notamment avec votre audience. La simple rédaction web n’y suffit pas. Les commentaires sont essentiels, surtout si vous réagissez en temps réel. Rien de tel pour impliquer une communauté par exemple. Il existe d’autres astuces pour ce faire, mais BreizhMasters ne va pas non plus tout livrer dans un article ;-)

 

 

Il est vrai que le plus souvent il est demandé au community manager d’intervenir sur le blog et les réseaux sociaux, et cet axe de travail est tout à fait légitime. Pour autant, il ne doit pas se limiter à un travail de rédaction. Beaucoup de fonctions lui incombent, et vous en avez découvert plus haut. Vous pouvez ajouter la veille documentaire et concurrentielle. Il faut aussi relayer des offres promotionnelles, voire améliorer leurs présentations. Ces 2 derniers points soulignent toute l’importance de construire une image et une e-réputation. Or ce n’est pas qu’avec du texte que se construit une notoriété d’entreprise. Il faut également consacrer du temps à chercher et négocier avec de futurs ambassadeurs de votre enseigne. Un rédacteur ne s’engagera jamais dans une telle mission, ce n’est pas son rôle, ni ses compétences.

 

 

 

Commentaires

Votre Pseudo :
Votre E-Mail :
Votre Message :
Code de confirmation :anti-flood
A recopier ci-contre * :