Le mtier de community manager

Le métier de community manager

 

Le community manager va être responsable de l'attractivité de chaque page sociale à votre image, des personnes touchées, du trafic vers votre site web et du potentiel d'opportunités commerciales. Il faut donc le choisir en fonction des bons critères, et nous aborderons cela tout au long de cette fiche conseil.

 

Si vous confiez la mission à un professionnel qui ne doit pas être un webmarketeur (c’est un autre métier), il doit être à même de choisir en totale autonomie les axes de discussions qui vont alimenter votre E-réputation, version réseau social. Bien évidement, sa mission n’est pas que rédiger des posts, vous n’avez besoin de personne pour cela, c’est bien plus profond en terme de mission.

 

Le Community Management n’est pas du marketing

Même si le marketing et le community management ont quelques points communs, ils n’ont rien à voir, les missions principales divergent, ainsi que les supports de communication digitale. Le marketing demande au prestataire de participer à des réunions de pilotage, de valider différentes étapes et de procéder à certains recettage comme être présent à des réunions de suivis spécifiques. Le webmarketeur doit également connaître les bloggueurs influents, ce qui n’est pas nécessaire pour les réseaux sociaux.

 

Le Community Manager est exempt de ces tâches, il participe moins, il ne valide pas, ne fait pas de recettage. Il conçoit, promeut, met en œuvre et anime, rédige. Comme vous le constatez, le verbe exprime une mission différente.

 

Le profil du bon Community Manager

Le minimum requis est bien évidement avoir une bonne connaissance des réseaux sociaux. Il faut également une très bonne plume et une orthographe sans faille. Avoir des connaissances en SEO est un avantage considérable si plusieurs prestataires sont en concurrence. C’est pourquoi à BreizhMasters, 2 intervenants marient leurs compétences : une community manager et un expert SEO. Ils travaillent de concert.

 

Il doit savoir rédiger pour le web, mais être rédacteur ne suffit pas, car il faut pouvoir adapter le ton de chaque mission aux objectifs du client : pour un même secteur, voire pour un sujet équivalent, le travail d’un client à l’autre peut être radicalement différent !

 

La gestion d’un réseau social nécessite parfois de mettre les mains dans le code d’un site Internet pour mettre en place des modules ou une programmation des applications Facebook pouvant à la fois automatiser des mises en lignes. L’une des plus-values avec une agence web est que cette compétence est aussi en son sein.

 

Bien entendu, vous pouvez aussi faire appels à un freelance, mais comme chacun possède sa spécialité et ne peut pas être le meilleur sur tous les métiers, vous devrez recruter 3 professionnels, ce qui peut au minimum tripler les coûts, sans parler de la difficulté à les faire travailler ensemble ! Et que se passe-t-il si un seul des maillons de la chaîne venait à être défaillant ?

 

Un métier complet…

Le profil d’un community manager est complet, il lui faut une belle capacité à communiquer avec son client, et accepter de donner des conseils. Il ne doit pas fuir la partie administrative, car il n’est pas suffisant d’être un bon communicant, il faut rendre compte tous les mois de ses interventions, établir un suivi régulier des actions réalisées et à relancer. Le bilan d’activité est crucial pour vous, exigez quelque chose de très pointue, mentionnant les dates, la nature des interventions, les retombées, etc.  Nous ne vous souhaitons pas de vivre ce qui va suivre, mais sachez qu’un prestataire pas assez payé négligera toujours cette phase pourtant importante. A vous de voir où sont vos priorités et de choisir une société qui leurs donne écho.

 

Nous voyons parfois des demandes de devis pour un référenceur expérimenté, puisqu’en complément des actions de référencement il faut animer chaque semaine au moins un réseau social. Si les métiers son connexes, les compétences sont très différentes encore une fois. Vous ne pourrez pas avoir les mêmes retombées avec l’un et l’autre, ne commettez pas cette erreur. Il y a encore quelques jours nous recevions cette demande de devis qui nous servira d’illustration : « Notre start-up recherche un Community Manager à temps partiel pour développer sa visibilité sur les réseaux sociaux (FB, Twitter, Linkedin) et améliorer son référencement naturel […]».

 

Il doit être capable de vous conseiller et d’effectuer un suivi régulier des effets de ses interventions pour mener à bien sa mission. Il ne faut donc pas qu’il fuie l’administratif qui est une part journalière de son travail. En raison du suivi, il doit passer un minimum d’heures mensuelles sur chaque réseau social de votre société, c’est aussi pourquoi il serait insensé de lui proposer une rémunération de 300 € / mois alors qu’il va passer plus de 40 heures à travailler pour vous.

 

… qui a ses limites

Il n’est pas nécessaire que la personne choisie ait une sensibilité pour la thématique à promouvoir, elle peut faire connaissance avec le sujet. Ce que vous cherchez en priorité est un ensemble de compétences. C’est parfois une erreur que font certains porteurs de projet, ne la répétez pas, c’est essentiel pour la bonne gestion de votre image sociale.

 

Si la mission du community manager est de vous aider à définir une stratégie concrète pour les réseaux sociaux, il ne doit pas intervenir sur les blogs ni les forums. Il est certes présent pour générer des Fans, des Likes et des Followers ainsi qu’une certaine forme de trafic vers votre site Internet, mais il ne faut pas lui confier une mission qui appartiendrait au traffic manager, c’est encore un autre métier. Ses interventions se calculent en heures de travail mensuelles, et croyez-le bien, il aura déjà suffisamment à faire avec les réseaux sociaux ! D’ailleurs, si un devis est bien le reflet des bonnes compétences, les propositions d’actions qu’il vous proposera afficheront un nombre d’heures auquel vous n’auriez sans doute pas pensé… Bien entendu, le prix de sa prestation dépend de ce nombre d’heures, même s’il vous propose un paiement au forfait.

 

Voici d’autres missions qu’il ne faut pas demander à un vrai professionnel, mais que des amateurs qui touchent à tout peuvent vous proposer - après, c’est à vous de voir à qui vous remettez la gestion de votre réputation et les clés de votre activité- :

 

 

Le community manager est là pour améliorer votre efficacité sur les réseaux sociaux en publiant du contenu, des posts et d’autres informations, et d’une manière générale, être le relais de vos messages. C’est un métier qui ne peut se permettre d’écart puisque le partage d’une information est aussi simple que rapide, et aucune boulette ne s’efface quand elle est partagée (le post initial oui, mais pas tous les partages !). Aussi, ne confiez pas votre notoriété à n’importe qui, car vous ne perdriez pas que de l’argent…