Comment travailler sur le long terme avec un community manager ?

Comment réussir à travailler sur le long terme avec un community manager ?

 

Une société peut avoir plusieurs profils Facebook, malgré la modération du réseau social, ou bien elle peut avoir différentes activités proches les unes des autres. Elle peut être présente sur plusieurs plateformes sociales également (Facebook, Twitter, Instagram, etc.). Si le community manager doit gérer l’ensemble de vos profils et que votre priorité est la gestion de votre réputation en répondant aux questions et aux réclamations, avez-vous conscience du travail que vous lui demandez de produire ? Avez-vous plus qu’une idée du temps qu’il va devoir consacrer à chacune des tâches que vous désirez lui confier ? Avez-vous-vous déjà fait son travail avec les mêmes objectifs de qualité ? Savez-vous réellement les compétences que cela exige pour bien faire chaque tâche de son travail ?


Pourquoi se poser ces questions ? Parce que la plupart des personnes recrutant un professionnel compétent pour leur réputation sur les réseaux sociaux, attendent beaucoup, ont beaucoup d’ambition et d’idées, mais généralement ne parviennent pas à travailler dans la durée avec la personne recrutée. Cet article vous explique dans les grandes lignes pourquoi il est préférable de découper les tâches et de ne pas tout demander à un seul intervenant (s’il en existe plusieurs, que chacun garde ses prérogatives, c’est essentiel), et de prendre conscience que sa mission est seulement votre e-réputation (généralement, il lui en est demandé bien davantage…).

 

Attention aux tâches trop répétitives

Les internautes ont souvent des interrogations, voire des réclamations, et ils n’y vont jamais avec le dos de la cuillère pour reprendre une maxime populaire. Si vous avez donc plusieurs pages dans un même réseau social, il faut particulièrement veiller à vous renouveler, de façon à ce que les réponses publiées aient une interaction sur l’ensemble de la communauté, et que la redondance des réponses ne lassent ni les lecteurs, ni le community manager qui pourrait se lasser assez vite de sa tâche trop répétitive. Si vous parcourez les pages Facebook des principaux acteurs du e-commerce, vous allez remarquer un volume plus qu’abondant de je vous réponds en MP ou encore des merci de me donner des informations en message privé.


Si la mission du community manager ne tient qu’à cela, c’est fort ennuyeux, et pour votre réputation, et pour l’optimisation du temps à faire autre chose de plus intéressant. Pour ce type de situation, malheureusement il faut au moins une personne à mi-temps, soit 70 heures par mois minimum. A voir également si elle doit travailler les weekends et jours fériés, ainsi qu’à certaines heures tard le soir ou tôt le matin. Il est certain qu’il vous faudra un budget supérieur à 800 € HT pour maintenir votre réputation sur les réseaux sociaux (cette somme est souvent le montant maximal proposé par le porteur du projet).

 

Une ou plusieurs personnes ?

Certaines boutiques ont besoin que la personne recrutée tchatte avec les internautes pour faire face à leurs questions ; elle ne pourra pas produire beaucoup de qualité si elle doit faire face à tout. Si vous travaillez à plein temps avec ce community manager, attendez-vous à plus de  2 000 € net de salaire. Il y a beaucoup de choses à faire, et pour peu que vous lui demandiez en plus de faire vivre votre profil sur plusieurs réseaux sociaux, alors il vous faudra même penser à prendre plusieurs personnes.
Essayez vous-même dans un premier temps pour vous rendre compte du temps qu’il faut, et des compétences nécessaires pour arriver à faire du haut de gamme, ou juste de la qualité, ne serait-ce que sur un réseau social. Ne le faites pas qu’une semaine, essayez 4 à 6 semaines. Vous verrez aussi très vite qu’il vous faut des compétences en graphisme, et être parfois commercial en plus d’être un peu webmaster. Si vous avez par ailleurs plusieurs profils Facebook ou différentes pages dans des plateformes variées, vous allez comprendre que vous payez quelqu’un pour un vrai service.

 

Ne pas le démotiver !

Bien entendu, il n’est pas nécessaire d’avoir des diplômes, mais il ne s’agit pas non plus que bien parler français, de l’écrire sans faute, ou d’être créatif. Avoir l’esprit du commerce ne suffit pas, il faut posséder un ensemble de compétences. Si vous les mettez de côté en raison du temps ou de l’argent à investir, ou du manque de postulants avec le bon savoir-faire, vous acceptez alors de ne pas vous consacrer entièrement à votre e-réputation. C’est gênant, l’objet du community manager est justement de la chérir. Il a le goût du résultat et du travail accompli ; si vous lui enlevez cette motivation, il ne pourra pas donner le meilleur.

 

Il ne faut pas tout mélanger…

Il n’est pas rare de voir des options se rajouter à la mission, comme par exemple améliorer le référencement naturel, mais s’il existe en effet des connexions entre les 2 aspects, il ne faut pas les mélanger. Le community manager gère votre réputation sur les réseaux sociaux et le spécialiste en référencement votre visibilité sur le web. Il ne pourra pas tout faire, pas jusqu’au ni dans les règles de l’art. Après, si l’idée que vous avez d’une publication est de mettre en ligne une photo de chats le vendredi après-midi en souhaitant aux lecteurs un bon weekend, êtes-vous certains d’avoir compris ce qu’est la e-réputation ? Et avez-vous vraiment besoin de payer quelqu’un pour ce niveau de communication ?