référencement et Google: le droit à l'oubli

 

Le débat sur le « droit à l'oubli » sur Internet frappe l'Espagne

référencement de site internet par une agence de référencement du Finistère en BretagneIls sont chirurgien plasticiens gardien de prison et proviseur d'un lycée. Tous sont espagnols, et ont peu de choses en commun, sauf une: ils veulent que les anciennes informations à leur sujet dans le moteur de recherche Google disparaissent. Les moteurs de recherche gardent en cache les contenus des sites internet, pour le moins. Ils disposent également de leurs propres système de stockage d'informations.

Dans un cas que la Société Google et les experts de la vie privée appellent une première en son genre, l'Agence espagnole de protection des données a ordonné au géant du moteur de recherche de supprimer les liens vers des documents concernant environ 90 personnes. Les informations à leur sujet avaient été publiées il y a des années, voire des décennies, et sont toujours à la disposition de tous en effectuant de simples recherches sur le moteur de recherche.

Des quantités d'espagnols réclament le "droit à l'oubli", car l'information publique qui était autrefois difficile à obtenir est maintenant trop facile à trouver sur un site web. Google a décidé de contester les injonction et a fait appel.

Certains des renseignements sont gênants, certains semblent tout à fait ordinaires. Quelques cas impliquent des poursuites qui ont pris vie en ligne par les bulletins sur des blogs. D'autres cas concernent les décisions administratives publiées dans les bulletins officiels régionaux. La création de sites internet peut amener à des dérives, surtout lorsque créer le site internet est à des fins d'information dont le contenu va être pillé un peu de partout.

Dans tous les cas, les plaignants ont demandé individuellement à l'agence Google de faire retirer ces informations à leur sujet.

Et tandis que l'Espagne soutient les personnes qui mènent une poursuite afin de pouvoir retirer ces informations, les experts internet et autres spécialistes en tout genre déclarent qu'une victoire pour les plaignants pourrait créer un précédent inquiétant en limitant l'accès à l'information publique.

Ce problème n'est pas nouveau pour Google, dont le moteur de recherche est devenu un outil largement utilisé pour l'apprentissage sur les origines des amis, voisins ou futurs collègues de travail. Ce qui est montré peut affecter les relations amoureuses, les amitiés et les carrières. Le traitement de l'information sur les réseaux sociaux est parfois pire...

C'est pour cette raison que Google reçoit régulièrement des demandes pour supprimer les liens vers des informations embarrassantes sur son moteur de recherche ou du moins s'assurer que ces informations apparaissent dans les dernières pages de résultats. Les algorithmes de référencement de Google sont capable de le faire, il s'agit juste d'une question de développement web...

Mais la société, située à Mountain View, en Californie, refuse presque toujours ces demandes, de manière à préserver l'intégrité de son indexation, dans le respect des webmasters seo qui souhaitent avoir la garantie qu'ils peuvent référencer un site internet sans crainte que les positionnements soient modifiés. Il faudra alors se retourner contre ces sites web.

 

L'objectif est que les personnes soient respectées. Où est la justesse dans une telle démarche ? La question est posée...

Commentaires

Votre Pseudo :
Votre E-Mail :
Votre Message :