2 conseils avant de rechercher un prestataire web

 

Avant de partir à la recherche d’un prestataire pour la création de votre site Internet, il est préférable de vous assurer que votre projet est prêt à être mis en œuvre. Nous n’allons pas aborder dans cet article les conseils relatifs à l’environnement de votre activité (marketing, prix des produits ou des services, etc.), mais rester sur le cahier des charges fonctionnelles, ainsi que le graphisme. Ce sont 2 éléments importants qui posent régulièrement des soucis. Aussi abordons-les ici, afin que vous puissiez contourner les difficultés et avancer sereinement dans votre projet web.

 

Qu’est-ce qu’un cahier des charges fonctionnelles ?

En premier lieu, qu’est-ce qu’un cahier des charges fonctionnelles ? La réponse est déjà dans le nom, il s’agit d’un document qui liste tous les éléments qui seront présents sur chacune des pages de votre site, et pour chaque page, que peut-on y faire sans être connecté, en étant connecté, en tant qu’administrateur, qu’est-ce qui est automatisé, et enfin, quelles sont les fonctionnalités que vous désirez voir présente.

 

Bien entendu, le prestataire Internet peut le faire pour vous, mais il y a plusieurs semaines de travail, ce qui sera facturé ; c’est du bon sens. Si vous désirez économiser sur le prix du site, il est bien de réaliser ce document vous-même. Maintenant, si l’on fait abstraction de l’aspect pécuniaire, il est de toute façon préférable que ce soit vous qui le rédigiez ! En effet, vous avez certainement réalisé une étude de marché, dont une étude de la concurrence. Quand vous croisez la première et la seconde, et en rajoutant vos propres tropismes et envies, cela donne des lignes directrices qu’aucun webmaster ne pourrait poser à plat à votre place. C’est pourquoi il est quand mieux que vous produisiez vous-même ce document.

 

Le prestataire a sa spécialité et doit apporter des réponses

Il existe des points toutefois qu’il est préférable de laisser vierge, à l’attention du spécialiste en référencement : les aspects techniques et de contenus. Si le prestataire n’est pas expert en la matière, il vaut mieux confier le travail à une tierce personne, mais assurez-vous que ce soit vraiment un professionnel du sujet, car il ne sera pas question de se cantonner à expliquer comment écrire une meta description, ni de se contenter de concevoir la construction des titres. Si la proposition se limite à ces éléments, passer votre chemin.

Il existe des éléments que vous ne devez pas demander au prestataire sélectionné, pour la simple raison que votre étude la concurrence et de marché doit vous imposer les réponses, quand vous en rédiger la synthèse pour votre cahier des charges fonctionnelles. Nous pensons notamment :

  1. aux services qui pourraient être intéressants
  2. les bonnes pratiques à mettre en place
  3. les fonctionnalités à développer

 

En revanche, des interrogations méritent des réponses du professionnel, et vous devez les lui poser :

  1. comment sera mis en place le site web
  2. le prestataire s’occupe-t-il de l’installation et des l’intégration graphique
  3. quid du paramétrage des fonctionnalités et du back office
  4. conseil pour le graphisme (template, sur mesure, intégration, etc.)
  5. hébergement et sauvegarde du site
  6. mise à jour et suivi
  7. support et maintenance
  8. formation à l’utilisation
  9. test du site Internet avant sa mise en ligne
  10. les choix techniques d'infrastructure
  11. quels langages de développement

 

La charge de la rédaction du cahier des charges fonctionnelles

Le cahier des charges fonctionnelles est long à préparer, surtout qu’il faut passer sur tout, être précis. Cela demande de la rigueur, une capacité d’observation, une capacité de rédaction et de la patience, ainsi que beaucoup de sérieux et d’enthousiasme. C’est pourquoi la plupart des demandes de devis n’ont pas ce type de document. Il serait tentait d’écrire comme nous le voyons parfois dans des mails « le prestataire doit se renseigner sur les fonctionnalités qui sont utiliser sur ce type de site et nous les proposer dans sa conception », autrement dit, faites-le pour moi et je vous dirais ce que j’en pense… Comme dit plus haut, c’est tout à fait envisageable, moyennant paiement. Si un porteur de projet de création web ne souhaite pas le faire, c’est bien en raison du caractère cœrcitif et endurant de la chose, ce qui mérite rémunération si cette étape est laissée en traitement au webmaster.

 

Dans le cadre d’une demande de devis, cette exigence ne peut pas recevoir un avis favorable du prestataire consulté. Il faut plusieurs semaines pour réaliser un tel document précis, sans compter qu’il faut aussi avoir accès à toutes les subtilités du site Internet servant de référence. Ce qui signifie qu’il faudrait créer des comptes, expérimenter toutes les possibilités pour voir ce qui se passe, etc. Et pour les parties payantes… hé bien payer pour voir tout le fonctionnement aussi !  Ce n’est pas au professionnel de faire cela pour rédiger un devis, et encore moins de payer pour en produire un… Ce travail qui entre dans l’étude de marché de votre outil de travail en ligne, est à la charge de la personne qui demande un devis.

 

Méfiez-vous du graphisme !

Selon que le site Internet est réalisé depuis un CMS ou sur mesure from scratch, le graphisme du site ne se gère pas de la même manière. En effet, il est beaucoup plus complexe, donc long, d’intégrer un design fait sur mesure pour un CMS. Cela a un impact sur le prix global. A l’inverse, et toujours dans la même idée, il n’est pas judicieux d’opter pour un gabarit graphique tout fait à 100 €, destiné à un CMS, pour un site fait sur mesure. C’est une vraie galère à intégrer dans ce sens, et cela a nécessairement un impact sur le prix également. Il est donc référable pour un CMS d’opter pour un template, et pour un site fait de A à Z en pur PHP de passer par un design sur mesure.

 

Si vous fournissez les visuels sur une maquette, et bien entendu les graphismes des pages, il faut vous assurer au préalable que vos fichiers soient exploitables par le prestataire web. En effet, une intégration graphique d’une page exige un PDF, dans lequel les calques ne sont pas fusionnés. A titre d’illustration, pour un simple bouton valider, le PSD doit avoir un calque pour le graphisme du bouton, et un calque pour le texte, voire un 3ème calque pour l’effet affiché au survol de la souris. Si les calques sont fusionnés, l’intégrateur ne pourra pas récupérer la police, la taille, la couleur, etc. Il faut être très vigilant sur ce point !

 

Pas cher à l’achat, mais voilà…

Il est impressionnant le nombre de demande de devis où le template est déjà acheté, mais qu’il faut reprendre parce qu’il y a de nombreux ajustements à apporter. Sauf que ce n’est généralement pas possible. Très souvent, il faut ajouter des éléments pour l’embellir, mais tout le design va bouger et il faudra tout recommencer comme si il était fait sur mesure… Parfois, c’est le temps de travail qui est trop court : 2 semaines, voire 3, alors qu’il faudrait 4 semaines pour faire une proposition neuve et 10 jours d’intégration graphique, responsive compris.

 

A 80 % du temps, le porteur du projet de refonte graphique exprime à peu près ceci : « j’ai acheté et installé le template, mais je me suis rendu compte que quelques petites modifications doivent être apportées ». C’est le problème : le design n’est pas cher, mais il ne correspond jamais totalement aux attentes et besoins. Sauf que ces formats graphiques sont découpés d’une telle manière que l’on ne peut pas faire à volonté comme avec du sur mesure.

 

Il faut donc faire le bon choix dès le départ : un site créé sur mesure avec un design qui vous corresponde, ou un design pas cher avec un CMS qui réduit le prix de l’intervention du prestataire, mais avec un outil en ligne qui ne vous représente pas à 100 %. La différence entre les 2, est une question de trésorerie.