Résumé d'une étude des pays en tête de la vente en ligne

 

Retours sur une étude des pays en tête de la vente en ligne Le marché de la vente en ligne dans certains pays d’Europe, aux Etats-Unis et en Chine auront doublé de taille en 2018 jusqu’à atteindre 889 milliards d’euros, principalement à cause d’une augmentation des achats en ligne et par téléphone portable, selon une récente étude. Google, Ebay, PayPal et OC&C Strategy Consultants ont examiné des données de recherches et de transactions ainsi que les habitudes de consommation des internautes de 4 pays, qui d’après eux sont les plus grands marchés e-commerce du monde avant la France. Il y a donc à s’inspirer de ceux qui sont devant… Mais il faut prendre le temps de lire et d’analyser cet article ;)

 

 

Les détaillants du Royaume-Uni, selon l’étude, font face à une énorme opportunité de se développer à l’étranger, la Grande-Bretagne étant la destination étrangère la plus populaire pour le commerce en ligne chez les internautes allemands, et la deuxième plus populaire pour les acheteurs chinois et américains.

 

Les résultats de l’étude sur le e-commerce

Lorsque les clients chinois et allemands achètent des produits britanniques sur internet, ils dépensent plus que les clients britanniques eux-mêmes, avec une moyenne de 2,7 et de 1,7 fois plus pour chaque transaction. Les clients chinois achètent des produits venant du Royaume-Uni aussi souvent que ses habitants, selon cette étude. Les clients consomment au niveau international car ils sont motivés par l’attrait de produits uniques qu’ils ne peuvent trouver dans leurs propres pays, ainsi que par des prix plus avantageux et l’assurance d’une certaine qualité.

 

Anita Balchandani, qui dirige la branche britannique des ventes de OC&C, affirme que la plupart des détaillants du Royaume-Uni n’offrent à leurs clients que le strict minimum, comme par exemple une livraison à l’international. Les sociétés faisant le plus d’efforts auraient des résultats positifs. Un exemple est ASOS, qui a adopté un tarif zonal et qui utilise des entrepôts locaux pour gérer les retours. L’entreprise livre environ 25% de toutes ses commandes depuis son entrepôt aux Etats-Unis et plus ou moins la même quantité depuis sa plateforme en Allemagne. Les recherches pour ASOS depuis l’étranger ont augmenté plus vite que n’importe quel autre détaillant du Royaume-Uni selon cette étude.

 

Toujours selon l’étude, les détaillants britanniques pourraient augmenter leur chiffre d’affaire jusqu’à 60% s’ils se mettaient par exemple à répondre aux préférences des clients locaux.

 

Les chiffres montrent également que les consommateurs du Royaume-Uni sont plus enclins à acheter des articles avec leurs smartphones que leurs homologues d’autres pays. Selon les données de Paypal, 59% des transactions en ligne sont effectuées avec des téléphones portables au Royaume-Uni, comparé avec 45% et 24% aux Etats-Unis et en Allemagne. La France n’arrivant que derrière.

 

Générer des profits durables devient de plus en plus difficile pour les plus petits commerçants en ligne

Le marché e-commerce en plein essor de la Chine attire un nombre grandissant de marques internationales, de Burberry à Apple. Mais pour certains petits vendeurs, cet attrait se fatigue. Pour les commerçants de petite et moyenne taille, il est de plus en plus difficile de rivaliser avec le monde de l’e-commerce, qui est de plus en plus bondé et de plus en plus impitoyable. Des analystes affirment qu’un nombre croissant perd des clients. « Il existe plus de vendeurs et ils se retrouvent entassés », indique Arron Zhang, le Directeur Général d’Advangent, une société de conseil dans l’e-commerce. « Il n’existe qu’un certain nombre de plateformes en Chine, et plus de vendeurs sont en compétition les uns avec les autres pour la visibilité ».

 

Ces 3 dernières années en Chine, le nombre de commerçants privés en ligne - dont environ 91% d’entre eux sont estimés être sur le marché Taobao du géant du e-commerce Alibaba - a chuté de 11% en 2014, pour atteindre 9,18 millions, selon le Centre de Recherche de l’E-commerce de Chine, basé dans la ville natale d’Alibaba, Hangzhou.

 

Les vendeurs privés en ligne, à l’image de beaucoup de vendeurs présents sur Taobao, continueront de perdre de l’argent tant qu’ils devront faire face à plus de compétition de la part de plus grandes entreprises et marques, prédit Mo Daiqing, l’analyste principal du centre. Un ancien vendeur de Taobao, qui se fera appeler M. Cui, a dû fermer sa boutique en ligne de pinces à cheveux et autres accessoires l’année dernière : « la compétition est trop intense, c’est trop difficile de gagner de l’argent » a-t-il affirmé.  Un autre commerçantqui s’est identifié en tant que M. Ji et qui vend des bas pour femmes sur les plateformes Tmall et Taobao d’Alibaba a indiqué que bien que ses ventes aient augmenté sans interruption, sa marge de profit a diminué de 30% à 20% en 4 ans.

 

 

Alibaba nous dit avoir un fort taux de rétention de commerçants qui gagnent leur vie grâce à ses plateformes. Pour ces commerçants, qui pour Taobao doivent vendre un minimum mensuel, le taux de rétention de ce géant du e-commerce était de 80% pour Taobao et 90% pour Tmall en 2014. « La vitalité de nos plateformes est claire », a déclaré Daniel Zhang, le directeur des opérations d’Alibaba.

 

 

Commentaires

Votre Pseudo :
Votre E-Mail :
Votre Message :
Code de confirmation :anti-flood
A recopier ci-contre * :